Publié le jeudi 06 février 2020
2-_dsc2016.jpg
2-_dsc2016.jpg
Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et les présidents des trois régions partenaires ont ouvert la présidence française 2020 de la Stratégie de l’Union européenne pour la région alpine, la Suera, le 4 février dernier. L’événement s’est déroulé à Lyon, en présence notamment d’Yves Le Breton, directeur général de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, qui pilote cette présidence, et de 500 participants, venus des sept pays de la macro-région européenne.

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et les présidents des trois régions partenaires ont ouvert la présidence française 2020 de la Stratégie de l’Union européenne pour la région alpine, la Suera, le 4 février dernier. L’événement s’est déroulé à Lyon, en présence notamment d’Yves Le Breton, directeur général de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, qui pilote cette présidence, et de 500 participants, venus des sept pays de la macro-région européenne.

Cette année, la France succède à l’Italie pour assurer la présidence partenariale de la Suera, qui rassemble des élus locaux, des acteurs socio-économiques et des représentants de la société civile autour de projets concrets pour la région alpine et ses habitants.

Pilotée par l’Agence nationale de la cohésion des territoires, cette présidence collégiale est conduite par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, ainsi que les régions Auvergne Rhône-Alpes, Bourgogne Franche Comté et Provence Alpes-Côte d’Azur.

suera_twitter_2020.jpg

suera_twitter_2020.jpg, par nkharbache [1]

 

Repères
La Suera vise à mieux prendre en compte les enjeux de la région alpine de manière globale et en coopérant à l’échelle européenne. Ses projets permettent d’apporter des réponses collectives aux enjeux des 80 millions d’habitants de l’espace alpin : emploi et formation, patrimoine et savoir-faire, économie, mobilités et accessibilité aux services, mutations démographiques, préservation des ressources naturelles, changement climatique et défi énergétique.
Consulter le site [2] de la Suera.

 

Six domaines d’actions prioritaires

« Ensemble pour une région alpine durable » : en affichant cette ambition collective, à Lyon, la France entend accélérer la transition écologique. Elle a proposé six domaines prioritaires pour cela :

  • développer un tourisme durable toutes saisons ;
  • promouvoir la consommation des produits locaux de montagne, notamment agricoles et sylvicoles en circuit court ;
  • développer les solutions durables de transport et de mobilité ;
  • éduquer les jeunes à la montagne et leur permettre de s’impliquer dans le développement durable de la région alpine ;
  • accélérer la transition énergétique de la région alpine ;
  • préserver la biodiversité alpine et prévenir les risques naturels en lien avec le changement climatique.

Consulter la brochure [3] de la présidence française.

Des acteurs de haut vol !
Production locale, activités de loisirs de plein air, classes de nature… : l’ANCT a produit un film sur trois projets concrets. Et Nicolas Plain, scientifique et documentariste – ambassadeur de la présidence française de la Suera – a interviewé des acteurs locaux en parapente.
Voir la vidéo [4] (4’ 23”).

Jacqueline Gourault appelle à « Construire ensemble l’avenir de ce territoire »

« Les Alpes sont au cœur de l’Europe. Elles en sont l’épine dorsale, le point culminant et le château d’eau. Mais ce patrimoine hérité et partagé est aussi un territoire fragile, a souligné Jacqueline Gourault dans son discours [5]. Avant d’être une stratégie, la Suera est une ambition : celle de penser que nous sommes plus forts ensemble pour affronter, de manière globale, au sein d’un vaste ensemble singulier et cohérent, les grands défis de notre temps, à commencer par le changement climatique. »

Rappelant l’importance des territoires de montagne et de la coopération territoriale pour la France, la ministre a souhaité que « la Présidence française de la Suera marque une mobilisation sans précédent de notre part à tous – États, collectivités et acteurs de la société civile alpine – en faveur de la transition écologique ».

suera_twitter_20208.jpg

suera_twitter_20208.jpg, par nkharbache [1]

 

 

 

 

Auteur(s):