Publié le jeudi 06 juin 2019
europe_05062019.jpg
europe_05062019.jpg
À la présidence du Conseil de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2019, la Roumanie accueillera une réunion informelle des ministres européens chargés des affaires urbaines, les 13 et 14 juin prochains. L’occasion pour la France, représentée par le CGET, d’affirmer son engagement en faveur d’un développement urbain au niveau intergouvernemental, après 2020.

À la présidence du Conseil de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2019, la Roumanie accueillera une réunion informelle des ministres européens chargés des affaires urbaines, les 13 et 14 juin prochains. L’occasion pour la France, représentée par le CGET, d’affirmer son engagement en faveur d’un développement urbain au niveau intergouvernemental, après 2020.

Première réunion, depuis 2016, des ministres des 28 États membres en charge de l’urbain, le rendez-vous de Bucarest, la capitale roumaine, va permettre de faire un point d’étape sur l’Agenda urbain pour l’Union européenne [1].

Cet Agenda concerne les problématiques urbaines de la politique européenne de cohésion sociale, économique et territoriale. Formalisé à travers le pacte d’Amsterdam [2], signé en 2016, il s’appuie sur 12 partenariats, dont le partenariat sur la pauvreté urbaine [3].

La France a émis deux propositions concernant ce partenariat afin de conforter la politique de cohésion européenne, après 2020 :

  • la création d’un objectif territorial urbain pour combattre la pauvreté ;
  • la mise en place d’un pacte local pour la régénération des quartiers en difficulté.

Par ailleurs, cette réunion informelle donnera l’occasion de valider officiellement deux nouveaux partenariats :

  • la sécurité dans les espaces publics (coordonné par deux villes : Nice et Madrid) ;
  • le patrimoine culturel (coordonné par deux États : l’Allemagne et l’Italie).

Un engagement territorial et européen

Ce sera aussi l’opportunité, pour la France, de réaffirmer son engagement sur les politiques urbaines, à l’échelle des territoires et de l’Union européenne. Elle manifeste ainsi sa volonté de mieux coordonner les actions européennes en matière de développement urbain et de mettre le programme de coopération territoriale Urbact [4], et ses acquis, au centre de l’Agenda urbain pour la période 2021-2027.

À savoir
Urbact est un programme de coopération territoriale qui permet des échanges et apprentissages entre villes européennes, quelle que soit leur taille, liés au développement urbain intégré et durable dans le but d’améliorer les politiques locales.

Pour aller plus loin
La France, à travers le CGET, coordonne le partenariat sur la pauvreté urbaine qui a fait des propositions pour la prochaine période, 2021-2027, [5] et le plan d’action [6].
Le CGET est l’autorité de gestion d’Urbact et responsable vis-à-vis de l’Union européenne et des États.
(Re)lire notre interview d’Emmanuel Moulin, directeur d’Urbact au CGET [7].

Auteur(s):