Publié le mercredi 05 juin 2019
khalid_ida_ali_06062019.jpg
khalid_ida_ali_06062019.jpg
Plus de 150 professionnels de la politique de la ville sont attendus aux 14es Journées nationales de l’IRDSU (l’Inter-réseaux des professionnels du développement social et urbain), à Strasbourg, les 13 et 14 juin prochains. Soutenu par le CGET, l’IRDSU rassemble quelque 600 professionnels de la politique de la ville. Son président, Khalid Ida-Ali, également chef du service développement social et urbain à la mairie de Vitry-le-François (51), a répondu à nos questions.

Plus de 150 professionnels de la politique de la ville sont attendus aux 14es Journées nationales de l’IRDSU (l’Inter-réseaux des professionnels du développement social et urbain), à Strasbourg, les 13 et 14 juin prochains. Soutenu par le CGET, l’IRDSU rassemble quelque 600 professionnels de la politique de la ville. Son président, Khalid Ida-Ali, également chef du service développement social et urbain à la mairie de Vitry-le-François (51), a répondu à nos questions.

Vous travaillez auprès des quartiers prioritaires de Vitry-le-François, une commune de 13 000 habitants dans la Marne (51). Que vous apporte, au quotidien, le réseau IRDSU ?

L’IRDSU, c’est plus de 600 personnes qui échangent leurs pratiques et connaissances basées sur leur expérience du terrain, à travers une quinzaine de réseaux régionaux. Pour moi, c’est un gain de temps énorme ! Lorsqu’on a une question, que l’on rencontre des difficultés, on s’adresse à des collègues qui sont dans la même démarche sur un autre quartier prioritaire. Je peux m’appuyer sur ce qui a été fait ailleurs. On prend ainsi de la hauteur en interrogeant nos pratiques. Il n’y a rien de plus efficace ! Appartenir à cette communauté, c’est aussi ne pas être isolé en participant à une dynamique collective.

Pourquoi avoir choisi le thème de la place des coopérations dans la politique de la ville pour les prochaines journées nationales IRDSU ?

La coopération, c’est l’ADN de la politique de la ville et, plus largement, du développement territorial. Les collectivités, pour agir sur leur territoire, ne peuvent pas se couper de leur environnement : les partenaires institutionnels, les acteurs socio-économiques, les associations et, bien sûr, les premiers concernés, les habitants. C’est une évidence, mais qui n’est pas toujours facile à faire admettre et à mettre en œuvre.

Le but de ces journées IRDSU est de questionner nos pratiques au travers de visites, d’ateliers et de tables rondes et de réaffirmer la nécessité de l’action collective et de la coconstruction.

Une particularité pour cette 14e édition ?

Cette année, nous avons choisi d’élargir le partage d’expériences au-delà de nos frontières, avec des témoignages de pairs allemands, belges, marocains et suisses. Ça permet de prendre du recul et de questionner nos pratiques nationales !

En savoir plus
Découvrir le site IRDSU [1] 
Télécharger le programme des 13 et 14 juin. [2] 

Auteur(s):