L'invitée

Marie-Christine Bignon, maire de Chauffailles (Saône-et-Loire)

Marie-Christine Bignon, maire de Chauffailles (Saône-et-Loire)

© Mairie de Chauffailles


Publié le 15/05/2019

Le président de la République a annoncé, le 25 avril dernier, le déploiement de 500 maisons « France service », d’ici la fin de l’année. L’amélioration de l’accessibilité des services au public revêt, en effet, un enjeu pour nombre d’habitants, en particulier dans les zones rurales. Des structures de proximité, comme les Pimms, les Points information médiation multiservices, contribuent à cet accès et au maintien de la vitalité des territoires. C’est le cas à Chauffailles, 3 700 habitants, en Saône-et-Loire.

Dans quel contexte, avez-vous installé le Pimms dans votre commune, en 2010 ?

À partir de 2008, la désertification des services publics s’est accélérée sur ma commune. Il fallait faire 45 km pour se rendre à l’agence Pôle emploi. Ce dernier, comme les impôts et EDF, assurait des permanences, mais cela ne suffisait pas aux usagers. C’est surtout la fermeture de la billetterie SNCF qui a alerté les habitants, et ils m’ont sollicitée. Cela a été le déclencheur !

Un agent de la SNCF m’a parlé de l’association des Pimms, déjà présente à Lyon et à Saint-Étienne. Nous avons préparé le projet pendant près de deux ans – avec les opérateurs partenaires comme EDF, Veolia et la SNCF – pour amener ce service au public dans notre commune de 4 000 habitants. Dans notre région, c’était une première en milieu rural !

Pour faciliter son accès, nous avons installé le Pimms dans la gare. La SNCF a pris en charge les travaux extérieurs, et la commune a fait les aménagements intérieurs avec le soutien financier de l’État.

 

Quels sont les besoins de votre territoire et de ses habitants ?

La Saône-et-Loire a une population vieillissante, souvent isolée dans les campagnes. Les personnes âgées connaissent des problèmes de mobilité et accèdent donc difficilement aux services. Les agents du Pimms se rendent aux domiciles des seniors pour les aider à déclarer leurs impôts, par exemple.

Par ailleurs, Chauffailles se situe à seulement une heure de Lyon. Cette proximité représente un attrait indiscutable pour les entreprises de notre territoire. Tous les trois mois, j’organise une rencontre avec les entreprises pour repérer les besoins en recrutement. Le Pimms est un relais efficace pour Pôle emploi, qui vient d’ailleurs de reprendre ses tournées auprès des entreprises du territoire.

 

Qu’apportent le Pimms et ses services à votre commune et, plus largement, aux territoires ruraux alentours ?

Pour toutes les raisons évoquées, le Pimms est un atout. Sa présence et les services qu’il dispense contribuent à l’attractivité de notre commune, à son rayonnement et au maintien de la qualité de vie, ici, et dans notre communauté de communes.

Ses activités apportent du dynamisme et du lien social. Par exemple, avec son tout nouveau service de transport à la demande : la « Séniormobile ». Cela redonne de la mobilité aux personnes âgées de l’Ehpad et des villages alentours.

En tant que maire, ma porte est toujours ouverte aux réclamations des administrés. Or, depuis l’ouverture du Pimms, je suis moins sollicitée. Je constate que les habitants se tournent facilement vers le Pimms, où ils sont accompagnés par des agents bien formés, qui répondent à leurs besoins.

Voir notre reportage sur les Pimms dans le Charolais-Brionnais.