Rentrée scolaire 2019-2020

Julien Denormandie avec les élèves de Seine-Saint-Denis

Rentrée scolaire à Clichy-Sous-Bois dans des classes de CP & CE1 dédoublées pour permettre aux élèves un meilleur apprentissage des fondamentaux dans des classes à 12 élèves.

© Tweet de Julien Denormandie


Publié le 06/09/2019

Du CP au collège, Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a vécu la rentrée scolaire avec les enfants, enseignants et acteurs de Seine-Saint-Denis pendant toute la semaine, du 2 au 6 septembre. Et pour cause, l’éducation est une priorité du Gouvernement, en particulier dans les quartiers de la politique de la ville où des mesures promeuvent l’égalité des chances. Au tableau de cette rentrée : le dédoublement des classes, la labellisation de 80 Cités éducatives et le stage d’observation de 3e.

Initié en 2017, le dédoublement des classes de CP et de CE1 est désormais déployé à 100 % dans les Réseaux d’éducation prioritaire. C’est l’un des engagements forts de la mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers pour favoriser l’émancipation des enfants par l’éducation. 

Comme à l’école Paul Vailant-Couturirer de Clichy-sous-Bois, où s’est rendu Julien Denormandie le jour de la rentrée, ce sont désormais 300 000 enfants de milieux modestes qui sont pris en charge dans des classes dédoublées. Avec 12 élèves par classe, ils connaissent ainsi des conditions d’éducation plus favorables pour apprendre à lire, à écrire, à compter et à respecter autrui.

Ce rééquilibrage des moyens en faveur de l’école élémentaire vise à dépasser les inégalités économiques et sociales qui pèsent sur la réussite scolaire des enfants de milieux défavorisés. « Les classes de CP et CE1 dédoublées permettent aux élèves d’acquérir un meilleur apprentissage des fondamentaux », a souligné Julien Denormandie lors de sa permanence ministérielle en Seine-Saint-Denis.

Repères

infog_06092019.png

infog_06092019.png, par flavictoire

 

L’éducation prioritaire apporte des moyens supplémentaires dans de nombreux quartiers prioritaires de la politique de la ville – 193 communes ayant un QPV sur leur territoire accueillent des établissements en Rep+ –, mais aussi des zones rurales fragiles.
La réussite éducative est l’un des axes clés de la politique de la ville.
 

80 Cités éducatives labellisées

Autre temps fort de la semaine et autre engagement de la mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers : la labellisation de 80 Cités éducatives, annoncée par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et Julien Denormandie, le 5 septembre, à Clichy-sous-Bois.

Objectif : fédérer tous les acteurs des quartiers prioritaires de la politique de la ville afin d’en faire des lieux de réussite républicaine, en accompagnant au mieux chaque parcours éducatif individuel.

Le CGET, qui accompagne le déploiement de ce dispositif, assurera également le suivi de son expérimentation.

Je me félicite du travail conduit avec les élus afin que les Cités éducatives voient le jour, dès cette rentrée. Elles permettront d’amplifier le travail des acteurs de terrain – professeurs, parents, collectivités, associations – en faveur de la réussite de la jeunesse des quartiers populaires, une belle preuve d’une Grande Équipe pour la réussite républicaine.

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement

cites_educatives_06092019.jpg

cites_educatives_06092019.jpg, par flavictoire

Les Cités éducatives en détail, c’est ici. 

 

Plateforme stages de 3: une recherche et un suivi améliorés

Enfin, ce vendredi, le ministre chargé de la Ville et du Logement a présenté la nouvelle version de la plateforme www.monstagedetroisieme.fr, lancée à la rentrée précédente avec le soutien du CGET.

Destinée aux collégiens de 3e du Réseau d’éducation prioritaire, son ergonomie a été améliorée pour un usage et des fonctionnalités plus faciles d'accès : la plateforme permet désormais de candidater directement en ligne à des offres de stages d’observation de qualité et diversifiées.

Cette année, la recherche est sectorisée : un élève accède, par défaut, aux offres de stage à 60 km de son établissement scolaire au maximum, mais il peut personnaliser ce critère. Par ailleurs, grâce au suivi des candidatures – aussi bien par l’élève, l’équipe pédagogique, l’entreprise ou le service public qui propose le stage – le parcours de candidature est maîtrisé, depuis le dépôt de l’offre jusqu’à la signature de la convention de stage.

stages_3e_06092019.jpg

stages_3e_06092019.jpg, par flavictoire

 

À noter : à terme, après avoir été étendue à l’ensemble du Réseau d’éducation prioritaire, cette plateforme proposera des stages destinés aux bacheliers professionnels.

En chiffres

  • 30 000 stages vont être collectés et proposés pour l’année scolaire 2019-2020.
  • 559 000 collégiens en Rep et Rep+, répartis dans 1 100 collèges (source Éducation nationale).

Le CGET a accueilli dix élèves de 3e du collège Raymond-Poincaré de La Courneuve (93), en décembre dernier. (Re)voir les témoignages en vidéo.

À savoir
Régulières, les permanences ministérielles de proximité ont pour but d’écouter et de remonter les préoccupations des territoires. Durant ces cinq jours en Seine-Saint-Denis, Julien Denormandie a ainsi rencontré la communauté enseignante, des citoyens, des acteurs associatifs et de la prévention, des policiers, des commerçants et entrepreneurs, des médiateurs scolaires ou, encore, de jeunes apprentis et leurs formateurs.
« Réunir et impliquer tous ces acteurs engagés afin de mettre en avant la réussite dans les quartiers prioritaires, c’est l’objectif de la Grande Équipe de la réussite républicaine », a rappelé le ministre.
Retour sur cette semaine de permanence ministérielle.