Enseignement supérieur


Faciliter et encourager l’accès à l’enseignement supérieur

Les jeunes des quartiers et des territoires fragiles accèdent avec plus de difficultés à l’enseignement supérieur. Le taux d’abandon élevé en cours d’études est un facteur supplémentaire d’exclusion sociale et de chômage. L’enjeu de l’action publique et du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) dans ce contexte est donc double :

  • faciliter l’accès des élèves, en particulier ceux issus de milieu modeste, aux formations supérieures (sections de technicien supérieur, instituts universitaires de technologie, classes préparatoires aux grandes écoles, écoles d’ingénieurs, universités);
  • permettre l’engagement dans une formation d’enseignement supérieur ambitieuse en donnant les « clés » nécessaires pour une formation longue ou sélective.

Dans le cadre du comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars 2015, l’une des mesures en faveur de la lutte contre les inégalités consiste à « mieux accompagner l’accès vers l’enseignement supérieur ». Les établissements d’enseignement supérieurs sont invités à proposer des dispositifs, sur le modèle des cordées de la réussite, à destination des établissements de l’enseignement scolaire afin de mieux préparer les élèves à leur insertion dans l’enseignement supérieur, et ainsi mieux lutter contre les inégalités.

 

Focus : les Cordées de la réussite

Lancé en 2008, le label « Cordées de la réussite »  a été créé pour promouvoir l'égalité des chances et la réussite des jeunes face à l'entrée dans l'enseignement supérieur. Il vise à accroître l’ambition scolaire de jeunes qui n’envisagent pas de poursuivre leurs études en raison de leur origine sociale ou territoriale. Pour ce faire, chaque cordée de la réussite met en réseau une « tête de cordée », qui peut être un établissement d’enseignement supérieur (écoles d’ingénieurs, universités, instituts universitaires de technologie (IUT), etc.) ou un lycée avec classe(s) préparatoire(s) aux grandes écoles (CPGE) ou section(s) de technicien supérieur (STS) et des établissements dits « sources » (lycées d’enseignement général, lycées professionnels et collèges). L’objectif est de permettre aux jeunes les plus motivés des territoires fragiles, dont ceux de la politique de la ville, d’accéder à l’enseignement supérieur ainsi qu’aux filières d’excellence en levant certains obstacles scolaires, culturels ou psychologiques grâce à l’accompagnement et au tutorat de ces jeunes par des étudiants de l’enseignement supérieur.

Chiffres clés des cordées de la réussite durant l’année scolaire 2015-2016 :

> 364 cordées actives, dont 215 financées au titre de la politique de la ville.

> Près de 92 300 bénéficiaires, dont 68% de lycéens et 32% de collégiens. 53% des bénéficiaires sont issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

> Les « têtes de cordée » : 28% de lycées avec CPGE ou STS, 25% d’écoles d’ingénieurs (25%) ou des universités (21%).

> Parmi les bénéficiaires suivis à la sortie du dispositif, 70% poursuivent dans le supérieur et 15% intègrent une CPGE.

Consultez l’enquête de suivi 2016 des cordées de la réussite 


Enseignement supérieur actualités


Enseignement supérieur dossiers


Enseignement supérieur publications