PROSPECTIVE

« Futur de la fabrication additive »


Publié le 02/02/2017

Aéronautique, automobile, médical, construction, commerce de détail ou ustensiles de la vie quotidienne…, l’impression 3D, ou « fabrication additive », représente un fort potentiel d’innovation et de développement économique. Le CGET et la Direction générale des entreprises (DGE)* ont piloté une étude pour analyser son positionnement et ses conditions de développement, en France et dans tous ses territoires, tant sur le marché grand public qu’au sein des filières industrielles et de leurs processus de production.

Cette étude prospective présente un état des lieux de l’ensemble des composantes du marché et des usages qui se développent dans le secteur industriel et auprès du grand public. Elle consacre un large volet à l’analyse des écosystèmes territoriaux qui émergent autour de cette technologie et permettent la mise en place d’une synergie entre les différentes initiatives locales. Le diagnostic met en lumière les opportunités offertes par l’impression 3D, en termes de compétitivité des entreprises et d’attractivité des territoires.

« La fabrication additive est un phénomène mondial. Les évolutions envisagées ne se limitent pas donc au marché français. Elles permettent d’anticiper certaines mutations économiques ainsi que d’éventuelles inégalités territoriales qui pourraient découler de l’appropriation ou l’accès à ces technologies », souligne l’étude qui propose quatre scénarios prospectifs de développement, à cinq et dix ans. Plusieurs recommandations sont aussi avancées pour renforcer les conditions d’accompagnement des acteurs.

* En collaboration avec l’Observatoire de la plasturgie, le Syndicat français de l’industrie cimentière, Aluminium France, l’Alliance des minerais, minéraux et métaux, la Fédération forge fonderie. Étude conduite dans le cadre du Pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame).