Publié le jeudi 07 septembre 2017
actu_etat_generaux_alimentation_07092017.jpg
actu_etat_generaux_alimentation_07092017.jpg
Souhaités par le président de la République, les États généraux de l’alimentation se déroulent depuis le 20 juillet dernier. Ils impliquent une douzaine de ministères, dont celui de la Cohésion des territoires, auprès de la filière de l’agroalimentaire, producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs. Le CGET est chargé d’organiser des ateliers.

Souhaités par le président de la République, les États généraux de l’alimentation se déroulent depuis le 20 juillet dernier. Ils impliquent une douzaine de ministères, dont celui de la Cohésion des territoires, auprès de la filière de l’agroalimentaire, producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs. Le CGET est chargé d’organiser des ateliers.

Les États généraux de l’alimentation répondent à quatre objectifs :

etat_generaux_alimentation_07092017.jpg

etat_generaux_alimentation_07092017.jpg, par flavictoire [1]

Outre une concertation publique via une plateforme web dédiée [2], la démarche de consultation de ces États généraux de l’alimentation s’appuie sur 14 ateliers nationaux, regroupés en deux chantiers et un atelier transversal :

  • le chantier n° 1, qui compte 7 ateliers, est consacré à la création et à la répartition de la valeur ;
  • le chantier n° 2, qui compte 6 ateliers, portera sur le thème de l’alimentation saine, sûre et durable ;
  • l’atelier transverse n° 14, rassemblera toutes les pistes de préparation de l’avenir (recherche, investissements, accompagnement technique, etc.)

Ces ateliers, lancés le 30 août dernier, vont se poursuivre jusqu’au 12 octobre. Voir le calendrier ici [3].

Le rôle du CGET

Le CGET est rapporteur de l’atelier n° 2, que coprésident la maire de Nantes, Johanna Rolland, et le député des Bouches-du-Rhône, François-Michel Lambert. Il est chargé d’organiser quatre réunions de travail et d’appuyer les présidents dans la rédaction des bilans et des propositions à soumettre en octobre prochain.

Fort de son expertise et de son réseau (Réseau rural, Parcs naturels, politique agricole en montagne…), le CGET pourra mettre en avant des actions locales et faire l’état de dispositifs ou initiatives qui se déploient dans les territoires ruraux.

La première rencontre s’est tenue le 29 août dernier avec une cinquantaine de participants.

Site dédié : https://www.egalimentation.gouv.fr/ [2]

Auteur(s):