Publié le vendredi 14 avril 2017
revitalisation-villes-moyennes.jpg
revitalisation-villes-moyennes.jpg
Près d’un quart de la population française vit dans une ville moyenne. La France compte près de 200 de ces villes, maillons essentiels de l’organisation du territoire mais parfois en butte à des difficultés socio-économiques. Une expérimentation interministérielle, coordonnée par le CGET, est lancée pour élaborer des projets de revitalisation adaptés à leurs besoins.

Près d’un quart de la population française vit dans une ville moyenne. La France compte près de 200 de ces villes, maillons essentiels de l’organisation du territoire mais parfois en butte à des difficultés socio-économiques. Une expérimentation interministérielle, coordonnée par le CGET, est lancée pour élaborer des projets de revitalisation adaptés à leurs besoins.

Réparties sur tout le territoire, les villes moyennes assurent des fonctions de centralité, en termes d’emplois, de services et d’équipements collectifs notamment, indispensables à leurs 15 millions d’habitants et leurs arrière-pays. Pourtant, certaines d’entre elles connaissent une situation préoccupante résultant d’une perte d’attractivité : démographie déclinante, fermeture de commerces de proximité, perte d’emplois, paupérisation de la population, dégradation de leur patrimoine bâti historique…

 

Repères
On considère que les villes moyennes sont des unités urbaines de 20 000 à 100 000 habitants, exerçant des fonctions de centralité.

 

Pour freiner cette tendance, les villes moyennes bénéficient d’un soutien à l’investissement de la part de l’État relativement conséquent dont, notamment, 450 millions d’euros inscrits dans les contrats de plan État-Région 2015-2020, et 115 millions d’euros du Fonds de soutien à l’investissement local, en 2016. Effort aussi soutenu en matière de logement, de revitalisation artisanale et commerciale ou, encore, de préservation de leur patrimoine… Mais, afin d’approfondir le diagnostic des difficultés, des besoins et des solutions adéquates à apporter à ces villes, les ministres chargés de l’Aménagement du territoire, du Logement, de la Culture et de la Ville, ont présenté une communication en Conseil des ministres, le 12 avril dernier, sur les villes moyennes.

Une expérimentation sera conduite dans les régions Centre-Val de Loire, Grand Est et Occitanie. Dans un premier temps, elle va concerner une vingtaine de villes moyennes pour « renforcer leur attractivité » et « reconquérir leurs centres-villes ».

Comment ?

  • en identifiant précisément les obstacles rencontrés par les villes, qui justifieraient des modifications législatives ou réglementaires ;
  • en encourageant les villes à élaborer des projets transversaux de revitalisation ;
  • en améliorant les synergies entre les différents dispositifs d’intervention, pour permettre un pilotage global et pensé au niveau intercommunal ;
  • en créant une dynamique collective grâce à la mise en réseau des villes retenues.

Certaines d’entre elles pourront bénéficier d’un appui spécifique en ingénierie pour élaborer leur projet de revitalisation.

Le CGET à la manœuvre

Le CGET, sur lettre de mission du Premier ministre, est chargé d’assurer la coordination interministérielle du dispositif et d’animer le comité de pilotage national. Son pilotage sera mené avec l’appui des associations d’élus, des préfets de régions, de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), l’Agence nationale de l’habitat (Anah), de l’Établissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux (Epareca) et de la Caisse des dépôts.

Le bilan de cette expérimentation devra permettre de décider de l’extension, dès le 1er janvier 2018, du dispositif aux autres régions et d’engager les adaptations législatives identifiées comme nécessaires.

 

À savoir
La nouvelle géographie prioritaire de la politique de la ville, instaurée en 2014, a permis de mieux prendre en compte les villes moyennes. Ainsi, 169 d’entre elles comprennent un ou plusieurs quartiers classés au titre de la politique de la ville, et 98 bénéficient du Programme national pour la rénovation urbaine (PNRU).

 

Auteur(s):