Publié le mardi 07 mars 2017
teletravail-visuels-du-site.png
teletravail-visuels-du-site.png
Mandaté par le Gouvernement pour élaborer son plan national de déploiement du télétravail, le CGET organise, le 21 mars prochain, une rencontre sur « Le télétravail, une opportunité à valoriser ».

Mandaté par le Gouvernement pour élaborer son plan national de déploiement du télétravail, le CGET organise, le 21 mars prochain, une rencontre sur « Le télétravail, une opportunité à valoriser ». Construite autour de trois tables rondes, de 9 h à 16 h, cette journée permettra d’échanger avec les participants sur l’impact de cette nouvelle forme d’organisation du travail. À cette occasion, le site teletravailler.fr – qui rassemble toute l’information nécessaire aux télétravailleurs et aux employeurs, ainsi que les bonnes pratiques observées dans les territoires – sera lancé par Jean-Michel Thornary, commissaire général à l’égalité des territoires.

Consulter le programme ici [1].

S’inscrire ici [2].

--

Éclairage de Marc Laget, expert aménagement et développement numérique des territoires au CGET

Marc Laget

mac-laget-portrait.png, par hvanmalle [3]

 

Le télétravail, qu’est-ce que c’est ?

Marc Laget : En France, le télétravail est défini par la loi1. Il désigne « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux, de façon régulière et volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci ». Les travailleurs non salariés recourent aussi à ces nouveaux modes d’organisation ; ils pratiquent le « travail mobile », en accomplissant des tâches à caractère professionnel en dehors du lieu d’exercice principal de leur métier.

Ces nouvelles organisations du travail répondent de façon appropriée aux transformations sociétales : accroissement du temps de déplacement quotidien dans des environnements urbains saturés ou, au contraire, dans des territoires ruraux immenses – chaque jour, nous passons collectivement 28 millions d’heures dans les trajets domicile/travail ! –, augmentation des coûts de l’énergie, épisodes de pollutions de l’air de plus en plus fréquents, nouvelles activités et nouvelles opportunités offertes par le numérique…

Où en est-on, en France ?

M. L. : Comme partout ailleurs, le télétravail progresse en raison des avantages qu’il apporte aussi bien aux salariés, qu’aux employeurs et aux territoires. Aux premiers, il permet de trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, mais aussi de réduire les temps et les coûts de déplacement.

Les seconds sont intéressés par les économies logistiques, l’amélioration des conditions de travail et, très souvent, les gains de productivité. Un impact qui se révèle également positif pour les territoires car il contribue au désencombrement des routes, à la réduction de l’empreinte carbone ainsi qu’à une redistribution des emplois en faveur des zones rurales et périurbaines.

Le projet de plan national de déploiement du télétravail a pour vocation de permettre au plus grand nombre d’accéder aux avantages de cette nouvelle organisation du travail, tout en en maîtrisant les risques, qu’à l’instar de toute transformation, il génère. La France devrait, au travers de ce plan, rapidement rejoindre les nations les plus performantes dans ce domaine, dans la mesure où les employeurs – aidés par une dynamique territoriale propice – l’utiliseront dans un projet global d’organisation de l’activité.

Quel rôle joue le CGET dans son développement ?

M. L. : À l’origine, la Datar a longtemps joué un rôle « d’éclaireur » sur la question du télétravail. Dans la continuité de ces travaux, le CGET, en copilotage avec la DGAFP et la DGT2, anime la démarche interministérielle et interterritoriale qui vise à développer le télétravail dans tous les territoires, dans toutes les branches de métiers et secteurs d’activités. Le CGET met en œuvre plusieurs actions structurantes :

- le lancement, le 21 mars prochain du site www.teletravailler.fr [4]. Il rassemblera toute l’information nécessaire aux télétravailleurs et aux employeurs, ainsi que les bonnes pratiques observées dans les territoires ;

- l’organisation de rencontres régionales, qui associent les entreprises, les syndicats professionnels, les partenaires sociaux, les administrations et collectivités ;

- l’élaboration de partenariats autour d’un projet de « simulateur d’impact », destiné à aider chaque personne, employeur ou territoire intéressé par le télétravail.

1) Loi relative à la simplification du droit et à l’allégement des démarches administratives du 22 mars 2016. 2) Direction générale de l’administration de la Fonction publique et Direction générale du travail.

Une équipe spécialisée
Pour conduire le déploiement du plan national, le CGET s’est doté d’une équipe spécialisée au sein du pôle « services au public », dirigé par Benoît Lemozit, de la Direction du développement des capacités des territoires.
Elle est composée d’Anne Faure et de Marina Bodescu, chargées notamment de l’animation des groupes de travail et du prochain site Internet, et de Marc Laget, chargé en particulier des relations avec les partenaires et les collectivités territoriales impliquées.
Contacts : Anne.FAURE@cget.gouv.fr [5] ; Marina.BODESCU@cget.gouv.fr [6] ; Marc.LAGET@cget.gouv.fr [7]

Auteur(s):