Fête du sport

Une « France qui bouge » : week-end sportif dans les territoires fragiles

Dans le quartier du Chemin Vert, à Boulogne-sur-Mer (62), plus de 100 personnes ont participé à une initiation multisport proposée par l’Ufolep, avec le soutien du CGET, lors de la Fête du sport.

© Ufolep


Publié le 27/09/2018

La première édition de la Fête du sport, lancée par le ministère des Sports avec la participation du CGET, a connu un franc succès, du 21 au 23 septembre dernier, à travers la France. Un des objectifs de cette grande manifestation nationale et populaire était de favoriser la pratique sportive des populations qui en sont le plus éloignées : exemple avec le quartier de la politique de la ville (QPV) du Chemin Vert à Boulogne-sur-Mer (62), où plus de 100 personnes ont participé à une initiation multisport.

Encourager la pratique sportive chez les plus fragiles

Encourager la pratique régulière d’une activité sportive pour tous, rassembler les citoyens autour d’une célébration nationale et faire la démonstration d’une France qui bouge : tels étaient les objectifs de cette première édition de la Fête du sport. Sur les 975 projets labellisés à travers la France, 50 % ont bénéficié d’une aide financière du Centre national pour le développement du sport, pour un montant total de trois millions d’euros.

Afin de réduire les inégalités d’accès à la pratique sportive, le ministère des Sports a favorisé les projets s’adressant aux femmes, aux personnes en situation de handicap et aux jeunes vivant dans des territoires éloignés de l’offre sportive : 47 % des projets labellisés se sont déroulés dans des quartiers de la politique de la ville (QPV) et 37 % dans les zones rurales.

Pas-de-Calais : initiation multisport au cœur du quartier du Chemin Vert

Parmi les nombreuses activités organisées ce week-end, zoom sur le quartier QPV du Chemin Vert, à Boulogne-sur-mer (62) où l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (Ufolep) a organisé une journée d’initiation multisport, le samedi 22 septembre.

Pour Jérôme Léger, directeur du comité départemental du Pas-de-Calais, « la Fête du sport vient à point nommé pour encourager la pratique sportive auprès des publics en décrochage et valoriser nos actions menées dans le quartier du Chemin Vert ».

Le choix d’activités atypiques – comme le tir-à-l’arc, bumball et le tchoukball – plutôt que le football, par exemple, qui est déjà très pratiqué permet de n’exclure personne en mettant tout le monde sur un pied d’égalité. « Ce sont aussi des sports qui nécessitent beaucoup de coopération entre les joueurs », ajoute Jérôme Léger.

 

L’Ufolep, acteur local de la prévention par le sport

Avec 62 activités sportives et une présence locale sur l’ensemble du Pas-de-Calais, l’Ufolep 62 est un acteur majeur dans la promotion des activités physiques sur le territoire, mais pas que : très intégrée dans le maillage associatif local, la structure favorise le sport comme vecteur d’insertion sociale et de santé physique.

S’appuyant sur des éducateurs sportifs, l’Ufolep capte les publics fragiles – élèves en décrochage scolaire, jeunes filles, familles monoparentales – par le sport afin de recréer des liens et de répondre à leurs problèmes, en relation avec les missions locales, les médiateurs, les clubs de prévention… Le sport est un bon moyen pour partager des valeurs comme le respect des règles, l’esprit d’équipe, le goût de l’effort, mais aussi de donner des repères.

Site de l’Ufolep Pas-de-Calais.

Photos : © Ufolep

  • (Re)lire la fiche de l'Observatoire national de la politique de ville sur la pratique sportive licenciée dans les quartiers prioritaires (rapport 2017)
    http://www.onpv.fr/theme/sports