Lutte contre le racisme et l’antisémitisme

Un plan national en 21 mesures pour continuer le combat


Publié le 23/03/2018

À l’occasion de la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, le Premier ministre, Édouard Philippe, a présenté un plan national, le 19 mars. Décliné en 21 mesures, il s’articule autour de quatre « combats » et s’étendra de 2018 à 2020.

Lors de la présentation de ce plan, Édouard Philippe a dénoncé les injures et actes racistes et antisémites dans toutes les sphères de la société (école, travail, réseaux sociaux…) : « Ces attitudes, lâches, graves, dégradantes blessent les victimes et leurs proches. Elles blessent la République, a-t-il relevé. Pour le Gouvernement, la lutte contre ce fléau est un impératif moral et politique parce qu’on ne construit pas une société sûre, pacifique, solidaire sur la haine de l’autre. Parce que le racisme et l’antisémitisme sont à l’opposé des valeurs qui fondent la République ».

Tant à l’échelle nationale qu’au niveau européen, le plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme – élaboré par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) – propose des mesures qui s’articulent autour de quatre axes :

  • 1er combat - lutter contre la haine sur Internet ;
    • Notamment, proposer une initiative législative européenne pour imposer un retrait plus rapide des contenus illicites et renforcer le régime de responsabilité des opérateurs.
  • 2e combat - éduquer contre le racisme et l’antisémitisme ;
    • Notamment, renforcer la formation de l’ensemble des personnels à la prévention et la gestion des faits et propos à caractère raciste et antisémite dans les établissements.
  • 3e combat - protéger les citoyens et accompagner les victimes ;
    • Notamment, expérimenter dès septembre 2018 la création d’un réseau d’enquêteurs et magistrats spécifiquement formés à la lutte contre la haine.
  • 4e combat - investir de nouveaux champs de mobilisation.
    • Notamment, réaliser au moins 50 plans territoriaux de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations avec les collectivités territoriales sur trois ans.

Consulter le plan détaillé.

Thématiques liées à l'article