MÉDIATION SOCIALE

Un métier désormais reconnu et certifié

© Julie Guiches / Picturetank


Publié le 15/12/2016

La toute première norme relative au métier de médiateur social vient d’être publiée. Elle est l’aboutissement d’une année de travail durant laquelle tous les acteurs de la médiation sociale se sont accordés sur son cadre d’exercice. Le CGET, le secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (SG-CIPDR) et l’Association française de normalisation (Afnor) ont piloté ce travail.

Aujourd’hui, on peut estimer à 12 000 le nombre d’emplois de médiateurs sociaux existants, dont 4 000 postes adultes-relais environ. L’élaboration de cette norme répond à un besoin récurrent de clarification sur la définition de ce métier, ses conditions d’exercice et son articulation avec les autres métiers du travail social.

Témoignages

Jenny Armoogum, médiatrice sociale dans les établissements scolaires d’Achères (78), commune située dans la géographie de la politique de la ville, où le dispositif « Médiateurs à l’école » est expérimenté depuis trois ans.

« Depuis janvier 2013, j’interviens auprès des élèves pour prévenir et gérer les conflits dans les établissements. Je forme aussi les enfants volontaires à la médiation. Ces élèves proposent leur aide pour faire dialoguer leurs camarades lorsque des conflits légers émergent, dans la cour de récréation notamment. La médiation par les pairs est un vrai plus pour désamorcer les tensions. C’est également bénéfique pour les élèves médiateurs qui gagnent en maturité et en confiance en eux.

J’accompagne également les élèves et les familles en difficultés sociales en cas d’absentéisme ou de décrochage scolaire. Parfois, les parents me contactent directement. On discute et on va voir ensemble le CPE. Je peux aussi accompagner l’assistante sociale du collège qui se rend au domicile d’un élève absentéiste.

Les élèves et les parents m’ont bien identifiée. Je ne suis ni un professeur, ni un CPE, ni une directrice. Je suis une facilitatrice de lien, neutre, disponible et bienveillante. Être médiateur social en milieu scolaire, c’est un vrai métier ! Il faut savoir être en lien avec tout le monde mais garder son positionnement. Et cela s’apprend. Avant d’intégrer les établissements scolaires, j’ai bénéficié d’une formation dispensée par France médiation. »

Samir Messaour, adulte relais en Charente-Maritime (17) depuis 2011

« J’interviens aux côtés des services sociaux et des équipes des maisons départementales de solidarités. Nous établissons un lien étroit avec les personnes en difficultés.

Ce qui me motive, c’est d’aider les autres à trouver des solutions à leurs problèmes, tout en respectant le code de déontologie de la profession. Je ne pense pas être arrivé dans la médiation sociale par hasard. Avant d’intégrer l'association Oméga, j’étais sans emploi. Elle m’a permis de me former – je suis titulaire d’un diplôme de technicien médiation services (TMS) – et de monter en compétence. Aujourd’hui, je suis référent d’une petite équipe d’adultes relais. »

 

La certification issue de la norme va offrir des points de repères pour guider la pratique professionnelle au quotidien et garantir la qualité de prestations aux employeurs (collectivités territoriales, organismes de transports, bailleurs sociaux…) qui mettent en place des services de médiation.

Qu’est-ce que la médiation sociale ?

La médiation sociale est reconnue comme un mode efficace de résolution des tensions et de mise en relation entre les populations des quartiers et les institutions. Depuis l’apparition des premières actions de médiation de « femmes relais » à la fin des années 80 (notamment à Amiens, Grenoble, Montfermeil ou Marseille), les fonctions qui se revendiquent de la médiation sociale se sont beaucoup développées, avec un soutien important de l’État, via notamment le dispositif adultes-relais dans les quartiers de la politique de la ville.

La médiation sociale couvre divers domaines d’activité (habitat, transports, santé, éducation, tranquillité publique, intervention sociale, services à la population) et regroupe différents types d’employeurs (collectivités locales, bailleurs, transporteurs, services publics, secteur privé, associations…).

 

Thématiques liées à l'article