Bibliothèques dans les quartiers

Soutenir l’accès à la lecture, un facteur d’émancipation pour la jeunesse

© H-M Duclos


Publié le 11/10/2018

L’accès à la lecture et aux équipements culturels est un vecteur de savoir, de lien social et d’émancipation essentielle pour les citoyens, dès le plus jeune âge. L’enjeu est d’autant plus accru dans les quartiers défavorisés où l’accès à l’offre culturelle, en particulier à celle des médiathèques et des bibliothèques, y est plus faible qu’ailleurs. Le CGET, en lien avec le ministère de la Culture et les collectivités locales, s’engage pour encourager cette activité et faciliter l’accès aux bibliothèques dans ces territoires fragiles. Zoom sur les principales actions.

Une répartition inégale

Les équipements culturels de proximité, comme les bibliothèques, sont des lieux d’éducation et de construction de soi pour les jeunes, où ils peuvent acquérir des connaissances et développer leur esprit critique. Conscientes de cet enjeu majeur, les collectivités se mobilisent pour installer des bibliothèques dans les quartiers défavorisés.

En chiffres
_768 bibliothèques se trouvent dans ou à proximité d’un des 1514 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). La plupart d’entre elles sont situées dans des villes moyennes et grandes (plus de 20 000 habitants) ;
_347 communes en politique de la ville n’ont pas de bibliothèque. La majeure partie (57 %) compte moins de 20 000 habitants.
Source : rapport annuel 2017 de l’Observatoire national de la politique de la ville sur 10 220 bibliothèques étudiées).

Ouvrir soirs et week-ends

L’élargissement des horaires d’ouverture des bibliothèques et médiathèques s’est traduit par le plan « Ouvrir plus, ouvrir mieux » annoncé par le ministère de la Culture, le 10 avril dernier. Pour cela, les collectivités locales ont bénéficié d’une aide supplémentaire de 8 millions d’euros en 2018 afin de permettre l’ouverture des bibliothèques les soirs et week-ends.

Cette extension des horaires répond, par ailleurs, à un besoin d’accompagnement des publics des quartiers, en créant du lien social à des moments où les services publics sont en retrait et en luttant contre le sentiment d’abandon et d’isolement des habitants. Elle avait été annoncée par le président de la République en novembre 2017, dans le cadre de la mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers, et préconisée par le rapport d’Erik Orsenna, remis à la ministre de la Culture, le 20 février dernier.

Pour aller plus loin : (re)lire notre guide méthodologique sur le Renforcement des actions en soirée le week-end et au mois d’août dans les quartiers de la politique de la ville (2016).

Plus de 120 contrats territoire-lecture en France

Établis avec les collectivités locales et financés par le ministère de la Culture, les contrats territoire-lecture (CTL) permettent, depuis 2010, d’accompagner des actions variées : lutte contre l’illettrisme, actions hors-les-murs autour de la lecture, développement d’un réseau de lecture publique au niveau intercommunal, par exemple.

Fin décembre 2016, près de 120 contrats territoire-lecture étaient déployés sur l’ensemble du territoire national, la majeure partie portant sur des territoires ruraux, des « zones blanches » où l’équipement de lecture publique est insuffisant. De son côté, le CGET encourage la mise en place des CTL dans les quartiers prioritaires : fin 2017, on estime que 35 % des contrats couvrent des territoires qui intègrent un QPV.

Rendez-vous : le 5 novembre prochain, le CGET interviendra au Havre lors de la première journée nationale des acteurs du CTL.

Cette journée rassemblera des élus, des professionnels des bibliothèques et équipements culturels et des associations. Organisée par la ville du Havre et Normandie Livre&Lecture avec le ministère de la Culture, elle sera l’occasion d’échanger sur les enjeux de la lecture dans les territoires, de partager les bonnes pratiques et d’encourager d’autres territoires à mettre en place un CTL.

En savoir plus : consulter la plaquette de présentation des contrats territoire-lecture.

Accompagner les parents pour initier les enfants à la lecture
Lancé par l’association du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, le dispositif « Des livres à soi », avec l’appui du CGET qui participe à son comité de pilotage national, propose de former les parents à la lecture partagée avec leurs enfants.
Cette médiation littéraire vise à prévenir l’illettrisme des enfants en leur permettant de s’approprier les livres et de les partager avec leur entourage. Après une première expérimentation en Seine-Saint-Denis, l’opération s’est étendue à 28 quartiers prioritaires, situés dans 18 villes, où 170 professionnels de l’enfance et  460 parents ont été formés. Cette initiative a  bénéficié à 1 200 enfants.