LE CGET ET l’ESS

Rencontre avec deux entreprises de l’économie sociale, en Seine-Saint-Denis

Le 4 mai dernier, Jean-Michel Thornary, commissaire général à l’égalité des territoires (à dte), a rencontré Frédéric Bardeau (à gche), président de Simplon.co.


Publié le 30/05/2017

Dans les territoires fragiles, l’économie sociale et solidaire (ESS) structure le développement d’activités économiques locales et l’insertion professionnelle de publics souvent très éloignés de l’emploi. Le CGET contribue au soutien de ce secteur au fort ancrage territorial. Exemple en Seine-Saint-Denis, avec Simplon.co et Novædia.

Sommaire

En savoir plus sur l’accompagnement du CGET
« Repères » : les chiffres clés de l’ESS
Lire nos deux reportages et voir les diaporamas photos : Simplon.co et Novædia.

 

Comment le CGET accompagne-t-il l’ESS ?

L’économie sociale et solidaire se développe (lire encadré « Repères ») à travers le secteur associatif, l’insertion, l’entrepreneuriat social… Source d’emplois, elle propose des services en phase avec des besoins de proximité et intégrés à leurs territoires, notamment les plus fragiles.

De ce fait, le CGET intervient pour soutenir des acteurs de terrain et leurs initiatives. Il a notamment contribué au financement de deux appels à projets de pôles territoriaux de coopération économique (PTCE), en 2013 et en 2015. Ils ont permis de promouvoir des projets économiques socialement innovants et porteurs d’un développement local durable au bénéfice des quartiers prioritaires, des zones rurales en difficultés ou des bassins d’emploi désindustrialisés.

Par ailleurs, le CGET est membre du Conseil supérieur de l’ESS, au titre des ministères en charge de la Ville et de l’Aménagement du territoire, aux côtés d’élus, d’entrepreneurs, d’organisations représentatives des salariés et des employeurs…

Enfin, il apporte son soutien aux acteurs nationaux de l’ESS avec qui il travaille en partenariat : le Réseau des collectivités territoriales pour l’économie solidaire (RTES), le Labo de l’ESS, l’Avise, le Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale et solidaire (CNCRESS) ou encore les Régies de quartier…

L’implication du CGET dans ces instances vise à renforcer les impacts positifs de l’ESS, en termes d’emploi notamment, et à s’assurer qu’ils bénéficient bien aux territoires fragiles.

Lire le guide Politique de la ville et ESS - Initiatives, analyses et éclairages

Repères
165 000 entreprises de l’ESS en France : associations, coopératives, mutuelles, fondations ou sociétés commerciales.
2,4 millions de salariés : ce secteur représente 63 % des emplois de l’action sociale, 56 % des emplois du sport et des loisirs, 30 % des activités financières et d’assurance, 29 % de la culture, 19 % de l’enseignement.
4,7 % des structures de l’ESS se situent en quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV), en 2016, en France métropolitaine. Une entreprise d’insertion sur cinq est implantée dans un QPV. En 2015, sur les 65 000 salariés exerçant en entreprises d’insertion, près de 10 % étaient issus des QPV.

© Nesma Kharbache/CGET