AIDES AUX ENTREPRISES

Questions à Étienne Kalalo, secrétaire général de la Ciala

© Arleta Chojnacka/CIT'images


Publié le 01/06/2017

Le CGET instruit les demandes des entreprises de prime à l’aménagement du territoire (PAT) et d’aide à la réindustrialisation (ARI). Le secrétaire général de la Ciala, la Commission interministérielle des aides à la localisation des activités, nous explique les enjeux.

À quels objectifs répondent ces aides ?

La PAT et l’ARI permettent d’aider les territoires fragiles en favorisant leur développement économique ; elles contribuent à l’objectif d’égalité des territoires. Concrètement, il s’agit de soutenir des projets d’investissements d’entreprises, qui génèrent des activités et des emplois durables dans les territoires situés en zone d’aide à finalité régionale (sur l’AFR, lire notre article du 15/05/17).

Pour évaluer leur pertinence et leur fiabilité, nous analysons les projets dans leur globalité et selon des critères variés : le niveau de difficultés du territoire, l’impact potentiel du projet sur la zone d’emplois, la solidité du business plan, le caractère innovant du projet, le risque de mobilité à l’international ou encore la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

En réalité, il est capital de bien connaître les territoires et les entreprises que nous défendons. Pour cela, l’équipe de la Ciala va régulièrement à leur rencontre, sur le terrain.

Quelles entreprises ont bénéficié de ces dispositifs ?

Nous avons contribué à de belles réussites. Je pense à l’entreprise Technilum, qui fabrique du mobilier urbain d’éclairage en aluminium, près de Béziers : la Ciala a aidé à financer* son nouveau site de production (lire notre reportage du 17/06/16). C’est une énorme fierté d’avoir soutenu un projet créateur d’emplois et avec une forte visibilité internationale. Notre soutien à l’Éco-Concept est aussi une formidable réussite. Avec son idée innovante de verre réutilisable, cette entreprise de Perpignan (Pyrénées orientales) a pris la tête du marché européen !

De plus en plus, nous nous apercevons que, sans le travail de la Ciala, certains projets internationaux auraient pu nous échapper. Grâce à la PAT et à l’ARI, ce sont plus de 10 000 emplois qui sont créés ou préservés, chaque année, en France.

Sur quels projets travaille actuellement la Ciala ?

Fin 2016, nous avons lancé « Fast Track », un processus simplifié destiné à l’instruction de demandes de PAT pour des projets internationalement mobiles. Cet outil de simplification administrative doit permettre à la France d’être plus compétitive et attractive pour accueillir des projets pour lesquels des sites en France sont mis en concurrence avec d’autres sites à l’étranger.

Globalement, l’État et les collectivités territoriales doivent faciliter l’accueil des entreprises. Récemment, nous avons travaillé avec une région du sud de la France pour présenter une offre d’aide attractive à une entreprise étrangère qui produit des équipements sportifs. Sans cela, cette société aurait pu se tourner vers l’Espagne pour réaliser son projet.

À l’avenir, nous souhaitons mieux adapter nos dispositifs aux territoires en incluant, par exemple, l’outre-mer. À la rentrée prochaine, les résultats d’une évaluation à mi-parcours devraient nous permettre de nous comparer avec les autres pays européens et nous aider à fonctionner de manière encore plus efficiente.

* La plupart des projets soutenus par la Ciala sont cofinancés avec les collectivités locales.

En savoir plus
La PAT, en 2016, a accordé 7 300 € d’aide par emploi créé, en moyenne (8 000 € pour les PME et 6 400 € pour les grandes entreprises). Voir : prime à l’aménagement du territoire 
ARI : aide à la réindustrialisation 
Ciala : http://www.cget.gouv.fr/thematiques/economie-emploi-innovation/commission-interministerielle-des-aides-a-la-localisation-des-activites

Thématiques liées à l'article