Missions du CGET

Le commissaire général auditionné au Sénat

Audition au Sénat de Jean-Benoît Albertini, commissaire général à l’égalité des territoires


Publié le 22/02/2018

La Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, que préside Hervé Maurey, a auditionné Jean-Benoît Albertini, commissaire général à l’égalité des territoires, le 21 février dernier. Après la présentation des missions du CGET, de ses objectifs et programmes, le commissaire a répondu aux questions des sénateurs.

Au cours de cette audition, le sénateur Hervé Maurey a interrogé Jean-Benoît Albertini, commissaire général du CGET sur cette « structure récente, mais organisme que l’on trouve un peu en retrait sur les questions d’aménagement du territoire ». Répondant à cette inquiétude, après avoir rappelé la pérennité de la mission interministérielle du CGET, Jean-Benoît Albertini a relevé que la décentralisation avait eu un impact sur les modes de relation et d’action entre les territoires, leurs collectivités et l’État, et pointé la nécessité de réformer les outils de contractualisation avec les collectivités. Il a insisté sur l’attachement du CGET « au partenariat avec les collectivités territoriales, à travers l’usage de l’instrument contractuel qui, s’il a probablement beaucoup de limites, reste indispensable. »

Par ailleurs, a-t-il relevé, si l’État n’est plus en situation d’assurer seul l’aménagement du territoire, il n’en reste pas moins très mobilisé. Pour preuve, son investissement dans la politique de la ville, l’extension du réseau des Maisons de services au public, le plan national « Action cœur de ville » de revitalisation des villes moyennes, le dispositif des Zones de revitalisation rurale ou de la Prime d’aménagement du territoire pour soutenir le développement économique local… Autant de dispositifs sur lesquels le CGET est en première ligne.

Le commissaire général a ensuite indiqué les trois axes qui gouvernent l’action du CGET :

  • accompagner les territoires dans la construction de leurs projets ;
  • favoriser les coopérations entre territoires ;
  • co-construire les politiques publiques.

« Nous sommes, par ailleurs, très attentifs en ce moment aux territoires fragiles, par exemple à travers les dispositifs de la politique de la ville dans les quartiers prioritaires ou par le biais des dispositifs opérationnels que nous préparons, notamment pour les départements de la Creuse, de la Nièvre mais aussi pour le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais », a-t-il souligné. Et d’ajouter que le CGET est également très vigilant à peser dans les discussions en cours, entre les 27 États membres, sur la politique de cohésion européenne après 2020.

Voir les vidéos de l’audition
En savoir plus sur le CGET