Fonds images de la diversité

Le CGET soutient aussi le cinéma au féminin

Image extraite du film


Publié le 08/03/2018

Le court métrage Le bleu blanc rouge de mes cheveux, réalisé par Josza Anjembe et soutenu par le Fonds Images de la diversité, cogéré par le CGET et le CNC, s’est fait une place parmi les grands. S’il n’a finalement pas remporté le César du court métrage pour lequel il était en compétition vendredi 2 mars dernier, il symbolise et récompense tout un travail engagé pour changer l’image des quartiers et soutenir la diversité du cinéma français.

Intégration française, questionnement identitaire et conflit familial : ce sont les thèmes forts abordés par Le bleu blanc rouge de mes cheveux. Après être passée sur la scène de Talents en court, Josza Anjembe, née en 1982 d’un père camerounais, réalise ce premier court-métrage en 2016 en partant d’une expérience personnelle : l’impossibilité d’obtenir un passeport français à cause de sa coupe de cheveux afro qui est « hors-cadre » et ne rentre pas dans le standard des photos d’identité. Le film, récompensé par des dizaines de prix, raconte avec justesse la violence institutionnelle que subissent les jeunes issus de l’immigration.

Créé en 2007 par le CNC et le CGET, le Fonds Images de la diversité soutient la création, la production et la diffusion d’œuvres cinématographiques, audiovisuelles, multimédia ou jeux vidéo. Dans un contexte de fortes discriminations envers les habitants des quartiers prioritaires, que ce soit au niveau économique, social ou culturel, ce Fonds vise à modifier le regard porté sur les quartiers défavorisés en luttant contre les représentations stéréotypées véhiculées par les médias nationaux. Pour cela, il encourage les œuvres qui reflètent la diversité de la société française et la richesse de ses composantes, et participent à écrire une histoire commune de la population française, qu’elles soient immigrées, issues de l’immigration, ultra-marine ou résidant dans les quartiers défavorisés.

Alexandre Michelin, président de la Commission Images de la diversité de 2007 à 2016, constate avec regret :

Sur nos écrans, la pluralité de la France et de ses habitants de toutes croyances, de toutes origines géographiques ou sociales, devrait nous saisir par son évidence.

Si, en dix ans, le Fonds peut se vanter de plusieurs belles réussites, d’Indigènes à Divines en passant par Entre les murs et Fatima, l’ancien président reconnaît qu’il y a encore un long chemin à parcourir pour représenter « les France » :

Il faut désormais bousculer en profondeur les représentations, raconter notre histoire, celle de toutes les France, y compris des minorités, de l’immigration et des jeunes sous tension. Il faut réécrire ensemble notre « Roman français » et lui redonner un avenir commun.

En savoir plus sur le Fonds Images de la diversité : http://lab-imagesdeladiversite.cget.gouv.fr/