COLLOQUE

L’innovation, un moteur de développement pour les quartiers populaires

Lors de la première table ronde, de gauche à droite : Carine Saloff Coste de la Ville de Paris, Pierre-Jean Petit de Wimoov, Anais Bréaud du CGET, Fréderic Bardeau de Simplon.co, Mara Maudet de IEPC


Publié le 06/07/2017

Au terme de deux années d’exploration d’une centaine d’initiatives locales, le CGET a publié une étude sur les ressorts de l’innovation dans les quartiers de la politique de la ville. Un colloque présentait ses principaux enseignements, le 3 juillet dernier, à Saint-Denis. L’occasion aussi de mettre en avant des porteurs de projets, acteurs du territoire et de son développement.

« L’innovation ne procède pas de la puissance publique, mais des acteurs de la société civile eux-mêmes et de leur dynamisme. C’est pour approfondir sa connaissance de cette innovation locale et cristalliser les initiatives soutenues par des dispositifs publics, que le CGET a conduit cette étude de terrain de 2015 à 2016, a indiqué Sébastien Jallet, commissaire général délégué à l’égalité des territoires et directeur de la Ville et de la Cohésion urbaine. Il importe maintenant de mobiliser les experts, les innovateurs, les entreprises et les acteurs de terrain pour en faire un levier du développement économique et d’emploi, l’un des trois piliers des contrats de ville des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). »

Faciliter la mobilité des demandeurs d’emploi, former de jeunes décrocheurs aux métiers du numérique, proposer des gardes d’enfants avec des horaires adaptés et accompagner leurs parents dans le retour à l’emploi, mettre en place une recyclerie avec des régies de quartiers et des bailleurs sociaux… Autant de formes d’innovation qui ont émergé pour répondre aux besoins des habitants des quartiers prioritaires et qui génèrent de l’emploi.

Accompagner et mobiliser

Réunis au CGET, près de 100 participants – représentants de collectivités locales, d’associations, de services sociaux, de bailleurs HLM, de services de l’État, d’universités, de grandes entreprises… – ont partagé les principaux enseignements de l’étude (lire encadré ci-dessous) et leurs expériences de terrain au cours de trois tables rondes (voir le déroulé du colloque).

Porteurs de projets, entreprises, opérateurs de l’État, bailleurs sociaux et réseaux de soutien à la création d’entreprise ont échangé sur l’innovation comme un levier d’entreprenariat et un facteur de développement des quartiers. Ils ont aussi souligné l’importance d’accompagner les porteurs dans la durée ou encore d’impliquer davantage les entreprises privées – à l’instar d’ADP ou de BNP Paribas – pour mobiliser largement, au-delà de l’économie sociale et solidaire (ESS) et des pouvoirs publics.

L’enjeu est de soutenir ces innovations de manière solide, durable et souple. L’un des moyens d’y parvenir est de développer un écosystème et de déployer ces innovations au-delà du quartier, à l’échelle de l’agglomération. Une dynamique que le CGET entend favoriser.

carto_etude_cas_06072017.jpg

carto_etude_cas_06072017.jpg, par flavictoire

Consulter l’étude et les vidéos sur notre site.

 

Diagnostic : des points forts mais aussi des freins récurrents
  

Quoiqu’éloignés des leviers classiques de l’innovation (qualification élevée, R&D, accès aux dispositifs d’accompagnement…), les quartiers populaires foisonnent d’initiatives. L’étude, conduite par Algoé, montre qu’ils se caractérisent par :
- des domaines d’application très étendus (mobilité, économie circulaire, formation, services sociaux, médiation…),
- une diversité d’acteurs (ESS, universités situées en QPV, entreprises, offices HLM…),
- une pluralité des modes d’innovations (financement mixte public-privé, transfert de compétences par le biais du mécénat d’entreprise…),
- un fort ancrage territorial,
- une innovation frugale (simple et ingénieuse, sans beaucoup de ressources et incluant d’emblée les normes environnementales).
  
Cependant, les porteurs de projet des QPV se voient souvent freinés soit par autocensure, soit par une plus grande difficulté d’accès aux ressources qui permettent de développer leur projet : financement, accompagnement et conseil d’experts…