Finistère

En terres bretonnes, le commissaire général rencontre les acteurs des territoires et de la politique de la ville

© S. Chevrier


Publié le 22/02/2018

Le commissaire général Jean-Benoît Albertini, le 20 février dernier, s’est rendu dans le Finistère. Au programme : le renouvellement urbain des quartiers de la politique de la ville, la coopération entre territoires et la revitalisation des villes moyennes.

En compagnie de Pascal Lelarge, préfet du Finistère – département qui allie pôles urbains et environnement constitué de nombreuses villes moyennes et de zones rurales –, la visite a été consacrée à la politique de la ville et aux grands projets de la métropole de Brest, puis au plan « Action cœur de ville », à Morlaix.

À Brest, ville portuaire de près de 210 000 habitants, Jean-Benoît Albertini, commissaire général à l’égalité des territoires, a visité deux quartiers prioritaires concernés par le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), Bellevue et Recouvrance. Une visite qui lui a permis d’échanger avec les élus de la ville – qui compte sept quartiers de la politique de la ville où résident environ 18 000 habitants – et de Brest métropole, le sous-préfet et les services de l’État mais aussi des conseillers citoyens. Ici, après concertation des habitants, le NPNRU va permettre de désenclaver les deux quartiers qui, quoique situés dans la ville et non dans sa périphérie, ont été bâtis en tournant le dos au reste de la cité.

Brest

brest_credit-c.-larmagnaccget.jpg, par flavictoire

© C. Larmagnac/CGET

Une coopération territoriale aux multiples facettes

Lors de l’échange avec les élus de Brest métropole, qui rassemble huit communes, la discussion a notamment porté sur la coopération interterritoriale dans l’ouest breton. Il faut dire que, pionnière dans ce domaine, la métropole brestoise veut être un « point d’ancrage de la Bretagne occidentale », au-delà de son bassin de vie de 400 000 habitants.

Elle a donc développé de vrais échanges avec ses territoires environnants, plus ou moins proches. Ils sont intégrés dans le pacte État-métropole, comme le contrat de réciprocité ville/campagne qui lie la métropole au pôle d’équilibre territorial et rural du Centre Ouest Bretagne.

Des exemples concrets de coopérations : au niveau médical, Carhaix a pu maintenir son hôpital grâce à un partenariat avec le CHU de Brest ; Morlaix et Saint-Brieuc bénéficient de l’ingénierie de l’agence d’urbanisme de Brest métropole ; les villes de Quimper et Lannion sont associées dans la politique de développement de la recherche… Des liens de coopération sont également noués avec Rennes, Nantes, Saint-Nazaire et Angers dans le cadre du pôle métropolitain Loire-Bretagne.

Un projet de revitalisation

À Morlaix, la maire, Agnès Le brun, et le président de Morlaix communauté, Thierry Piriou, ont présenté le projet de revitalisation de cette ville moyenne d’environ 40 000 habitants. En effet, Morlaix s’est portée  candidate au plan « Action cœur de ville » pour redynamiser son centre-ville à travers des projets structurants.

Ces projets allient cadre de vie, services et commerces, urbanisme et mobilité : aménagement d’une maison médicale en centre-ville, rénovation de logements, régulation de la circulation, valorisation du patrimoine architectural et culturel…

Cette démarche globale de revitalisation est portée tant par la ville que par l’agglomération, car le développement de la ville centre constitue aussi un enjeu d’attractivité et d’activité pour les communes et territoires environnants.