TÉLÉPHONIE MOBILE

Couverture des zones blanches : où en est-on ?


Publié le 09/06/2016

La bonne couverture numérique et mobile des territoires ruraux représente une condition primordiale du développement de leurs activités économiques – entreprises, commerces, télétravailleurs… –, mais aussi pour le tourisme local, les écoles et les habitants. Sous l’impulsion du Gouvernement dans le cadre, notamment, des Comités interministériels aux ruralités, des mesures  permettent de faire progresser l’accès à ces services.

 

carte_zones_blanches.jpg

carte_zones_blanches.jpg, par flavictoire

 

Clôture de l’appel à projets sur les communes maîtres d’œuvre pour la couverture des zones blanches

Suite à la publication par arrêté, en février dernier, de la liste des 268 communes supplémentaires identifiées en zones blanches qui peuvent bénéficier du programme de soutien gouvernemental, certaines de ces collectivités ont souhaité assurer elles-mêmes la construction des sites. Elles se sont manifestées dans le cadre d’un appel à projets (AAP) lancé par le Gouvernement et clos le 27 mai dernier. 149 communes ont répondu, réparties ainsi sur le territoire (carte ci-dessous).

 

carte-zones-blanches-pr-lettrecget.jpg

carte-zones-blanches-pr-lettrecget.jpg, par flavictoire

 

À savoir : pour les collectivités qui ne se sont pas manifestées lors de cet AAP, la construction des sites s’effectuera dans le cadre d’un marché national, porté par l’État. Quel que soit leur choix, les collectivités bénéficieront d’un soutien financier identique. Une enveloppe de 30 millions d’euros a été mobilisée à cette fin par le Gouvernement.

 

L'Arcep fait le point sur les déploiements mobiles en zones peu denses

L’observatoire trimestriel de l’Arcep actualise l’état des déploiements mobiles en zones peu denses. À ce jour, 91 % des centres-bourgs sont couverts en 2G/3G, l’objectif étant de 100 % d’ici la fin de l’année. Et, 51 % sont désormais équipés en 3G sur un objectif de 100 % d’ici juillet 2017, recense l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (mise à jour : 19 mai 2016).

arcep.jpg

arcep.jpg, par flavictoire

 

Pour résorber les zones blanches dans les centres-bourgs, les opérateurs de téléphonie mobile doivent apporter, via un réseau mutualisé et moyennant un financement public, une couverture de base (voix et Internet mobile) dans des centres-bourgs, identifiés par l’État comme « absolument non couverts ». Au total, ce programme gouvernemental aura concerné 3 816 centres-bourgs, soit environ 1 % de la population française.

Recenser de nouvelles communes éligibles
 

Le 3e Comité interministériel aux ruralités, du 20 mai dernier, a décidé la conduite d’une nouvelle campagne de mesures, d’ici l’automne, pour les communes n’ayant pas encore pu en bénéficier. Elle leur permettra d’être intégrées dans le dispositif national de résorption des zones blanches. Ce dernier prévoit la prise en charge à 100 % des coûts de construction des pylônes.
 
Cette troisième campagne sera réalisée avec les collectivités territoriales en vue de garantir qu’aucune commune éligible au dispositif ne sera omise.

Pour le très haut débit (4G), les obligations des opérateurs, imposées par l’Arcep lors des attributions de fréquences 4G, portent sur la couverture d’une zone peu dense de 22 500 communes rurales, représentant 18 % de la population et 63 % du territoire.

En détail : http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&no_cache=0&L=0&no_cache=1&tx_gsactualite_pi1[uid]=1858&tx_gsactualite_pi1[annee]=&tx_gsactualite_pi1[theme]=&tx_gsactualite_pi1[motscle]=&tx_gsactualite_pi1[backID]=26&cHash=87c31b24ceee8a71c1d8648ebf6b5dd2