Plan action cœur de ville

André Marcon remet son rapport sur la revitalisation commerciale des villes petites et moyennes

André Marcon, président honoraire des chambres de commerce et d’industrie de France et maire de Saint-Bonnet-Le-Froid et Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires

© L. Rumeau/Communication du CGET


Publié le 19/03/2018

Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, et la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des finances, Delphine Gény-Stéphann, se sont vu remettre, le 15 mars dernier, le rapport de la Mission prospective sur la revitalisation commerciale des villes petites et moyennes. Ce rapport, porté par André Marcon, président honoraire des chambres de commerce et d’industrie de France et maire de Saint-Bonnet-Le-Froid, s’inscrit dans les suites du programme « Action Cœur de ville ».

Le programme « Action Cœur de ville », lancé le 14 décembre 2017 lors de la Conférence nationale des territoires, est en cours de déploiement : le ministre de la Cohésion des territoires annoncera prochainement la liste des villes répondant aux critères et participant à l’expérimentation (Action cœur de ville). Le programme pourra s’appuyer, dans sa mise en œuvre, sur les propositions concrètes du rapport Marcon concernant la revitalisation commerciale, structurées en 4 axes :

  • Gouvernance : le rapport préconise d’intégrer au pilotage du programme les acteurs publics et privés au-delà du domaine commercial, notamment via la création d’un comité de gouvernance pour chaque centre-ville.
  • Urbanisme, habitat et socles commerciaux et d’activité : Alléger et simplifier les procédures et inciter à l’investissement pour la rénovation de l’habitat, la création de nouveaux logements et l’installation de nouveaux équipements, commerces et services.
  • Attractivité et animation urbaine : le rapport Marcon propose d’optimiser les flux pour attirer les habitants, actifs et consommateurs dans les centres-villes, par exemple en déployant de nouveaux services mutualisés (livraison à domicile, click and collect) ou encore en expérimentant des modes de déplacement innovants.
  • Innovation, communication et commerce de demain : parmi les propositions, on trouve la création d’un statut de jeune pousse pour faciliter la venue de start-ups en centre-ville, le partage de locaux pour les commerces, la mise en place du Wifi dans les espaces publics,…

L’arrivée d’un nouveau modèle commercial - grandes surfaces commerciales en périphérie, e-commerce, achats en « drive » - affecte fortement les centres-villes des villes moyennes, progressivement désertés. En témoigne le taux de vacance des commerces en centralité, qui est passé en quelques années de 8 à 12% en moyenne dans les villes petites et moyennes. Pour rétablir l’attractivité des centres-villes, la Mission prospective menée par André Marcon a choisi de ne pas réduire cette question au seul aspect commercial, mais d’adopter une approche à 360° qui prend également en considération l’habitat, la mobilité et les services.