Maisons de services au public

Améliorer un maillage territorial de qualité

Photo : Eric Couderc


Publié le 19/07/2018

Pour renouer avec la présence des services au public sur les territoires, le Gouvernement a pris des engagements pour améliorer le service rendu par les Maisons de services au public – outil de cohésion sociale et territoriale – et pour faciliter l’usage du numérique par un accompagnement des usagers grâce à un « pass numérique ».

« Il faut enrayer un mode d’action publique qui a toujours procédé aux économies en réduisant sa présence sur les territoires. Ce qui sera mis en œuvre à partir de 2019 par le Gouvernement, c’est précisément de repenser sur tous les territoires la présence de l’État et de ses services. »
Emmanuel Macron, président de la République, devant le Congrès (9 juillet 2018)

 

Dans ce contexte, le Gouvernement entend agir selon quatre axes

4 objectifs

dp-servicepublic-4axes.jpg, par hvanmalle

 

Pour améliorer les services rendus aux habitants par les Maisons de services au public, le Gouvernement a pris neuf engagements

  1. Permettre l’accès à un panier de services plus étoffé et homogène sur l’ensemble du territoire afin de rendre l’offre des Maisons de services au public plus lisible pour l’usager, et gagner en notoriété
  2. Faire monter en compétence les agents d’accueil de ces structures en mettant rapidement en place un plan de formation
  3. S’engager sur un objectif d’accès à une offre de service physique près de chez soi
  4. Rendre cohérent le maillage territorial pour cibler en priorité les zones les plus enclavées ou en déficit de proximité, en s’appuyant sur les schémas départementaux d’amélioration de l’accessibilité des services au public
  5. Augmenter le nombre d’opérateurs partenaires et développer de nouveaux services en réponse aux transitions écologique et numérique
  6. Négocier avec les opérateurs de nouvelles modalités de participation
  7. Faire de l’accès au numérique le socle du service rendu : les nouveaux guichets incarneront l’accompagnement personnalisé des habitants en lien avec la dématérialisation des démarches
  8. S’appuyer sur des lieux existants pour ouvrir de nouveaux espaces, notamment les Maisons de l’État ou les sous-préfectures
  9. Changer le nom des structures pour marquer l’évolution du modèle

 

Lire le dossier de presse détaillé sur « Le service public : pilier du pacte républicain » (19/07/18).

[19-07-2018] - DP - Le service au public : pilier du pacte républicain, par ggauguier

À savoir
Une circulaire précise les conditions et la procédure de financement des Maisons de services au public pour 2018. Consulter l’instruction du 20 avril 2018.

 

Un « pass numérique » pour accompagner l’inclusion numérique

Treize millions de Français ressentent des difficultés avec l’utilisation du numérique. C’est un frein, dans leur vie quotidienne, pour leurs démarches administratives, leurs recherches d’emploi, l’accès à l’information… Le Gouvernement construit donc une « Stratégie pour un numérique inclusif » autour de parcours d’inclusion numérique adaptés à tous.

Expérimenté à partir de l’automne prochain, le pass numérique sera remis à toute personne en difficulté face au numérique pour l’orienter vers un lieu de médiation numérique à proximité. Le bénéficiaire pourra suivre des ateliers de formation spécifiques.

Selon le besoin de la personne, le pas donnera accès de cinq ou à dix ateliers encadrés, permettant à chacun de devenir autonome pour mieux accéder à ses droits et effectuer des démarches en ligne.

En savoir plus sur l’illettrisme numérique
Le Syndicat de la presse sociale (SPS) et l’institut CSA ont mené une étude sur l’illettrisme numérique, appelé aussi « illectronisme », en France (mars 2018). Elle montre que si 89 % des personnes interrogées possèdent un moyen d’accès à Internet (ordinateur, téléphone mobile…), les pratiques diffèrent selon les générations.
Parmi les interrogés qui n’utilisent jamais Internet, 76 % des 70 ans et plus indiquent un manque d’intérêt, contre 70 % pour le reste de la population. Les deux principaux motifs d’utilisation sont la recherche d’information et l’envoi d’un mail pour, respectivement, 86 % et 85 % pour le grand public ; niveaux qui tombent à 77 % et 68 % chez les 70 ans et plus. Autre usage caractérisé par un fort écart : quand 55 % du grand public effectue une démarche administrative en ligne, seuls 28 % des 70 ans et plus le font ; idem pour les achats en ligne.
Face à cette difficulté d’usage, note l’étude, près d’un tiers des Français a déjà renoncé à faire une action parce qu’il fallait utiliser Internet. Ce sont les « abandonnistes ». Une attitude de découragement face à la navigation sur Internet qui se retrouve dans toute la population, quels que soient le sexe, l’âge et la catégorie sociale.
Consulter l’étude « L’illectronisme en France » / CSA- Syndicat de la presse sociale.

Thématiques liées à l'article