Fabrique numérique Simplon.co

39 formations labellisées et 1100 personnes formées aux métiers du Web

© Nesma Kharbache/CGET


Publié le 30/05/2017

Simplon.co est un réseau de fabriques, une “école” qui propose des formations gratuites : développeur de sites Web et d’applications mobiles, intégrateur, référent numérique, datartisan, e-commerçant… En essaimant sur le territoire, ce réseau forme à des métiers numériques “en tension” qui permettent de trouver rapidement un emploi ou de créer sa propre activité.

Simplon.co a vu le jour en 2013, à Montreuil (93), à l’initiative de quelques mordus d’informatique. Leur ambition ? Faire des métiers du numérique un levier d’inclusion sociale et professionnelle. Le défi ? Former gratuitement, en six mois, des jeunes décrocheurs scolaires, des chômeurs de longue durée, des personnes peu qualifiées… « Nos formations, qualifiantes ou certifiantes, s’adressent en priorité à des publics fragiles, dont 30 % sont issus des quartiers prioritaires et 31 % sont des femmes, encore peu représentées dans ces métiers, indique Frédéric Bardeau, cofondateur et président. À ce jour, nous avons formé plus de 1 100 personnes, provenant en majorité des aires urbaines (80 % des formés), mais aussi des zones rurales (20 %). »

Un ancrage territorial pour répondre au marché local

Marseille, Tulle, Verdun, Trappes, Aulnay-sous-Bois…, ces formations sont dispensées dans 30 « fabriques Simplon.co », déployées dans l’Hexagone et outre-mer. L’école a même essaimé à l’étranger, comme en Roumanie, au Sénégal et au Liban.

À chaque fois très ancrées dans leur territoire, ces fabriques développent une approche de proximité, en amont des formations. Dans les Hauts-de-France, par exemple, Simplon.co a conduit une enquête auprès de 352 PME et TPE pour évaluer leurs besoins et adapter ses formations aux besoins du tissu économique local. Simplon.co a ainsi proposé à des petites entreprises et des artisans locaux de mutualiser un salarié webmaster pour développer leurs sites Internet que, seules, ces structures n’auraient pas eu les moyens de se payer.

Une formation concrète autour de cinq métiers
L’approche pédagogique se fonde sur un apprentissage par l’expérience, le questionnement par l’erreur, l’évaluation en groupe… Simplon.co propose un référentiel de cinq catégories de métiers : forgeur (concepteur) ; développeur ; référent, technicien et médiateur numériques.
« Nos formations sont en majorité suivies par des jeunes de niveau bac ou inférieur. Ce n’est pas parce que cette génération est née dans le numérique qu’elle le maîtrise. Elle en a un usage de consommateur, pas d’expert ! Dans les missions locales, on constate même que 30 % des jeunes n’ont pas de téléphone portable, outil pourtant indispensable pour rechercher du travail… », relève Frédéric Bardeau.

Des formations adaptées au marché local

L’entreprise, qui revendique son utilité sociale, ne cesse d’adapter son offre de métiers. À La Réunion, Simplon.co a ouvert avec une association un atelier d’insertion consacré au métier de “technicien.ne numérique”. Pendant un an, cet atelier formera 12 personnes, auparavant demandeur.e.s d’emploi longue durée, pour maîtriser un métier aux multiples facettes : la réparation, la revalorisation de matériel informatique, mais aussi l’intégration Web. Dans les Yvelines, Simplon.co est en train de concevoir une formation d’“écrivain public numérique”, suite à une demande du Conseil départemental.

Et les résultats sont encourageants : le taux d’insertion en emploi (CDD, CDI et contrats de professionnalisation) des apprenants, formés dans le cadre de la Grande École du numérique (lire encadré ci-dessus), est de 49 %. « Les entreprises apprécient le profil des gens que nous avons formés, constate Frédéric Bardeau. Ils sortent avec un niveau junior, mais ils présentent une grande capacité à jongler avec plusieurs programmes, à être rapides et autonomes. »​

De succès en succès…
Un an après sa création, en 2014, Simplon.co – qui s’autofinance à hauteur de 50 % – a été lauréate de « La France s’engage ». En 2015, la fabrique a vu 39 de ses formations labellisées par la Grande École du numérique, un groupement d’intérêt public dont fait partie le CGET*.
Le soutien financier de l’État lui permet de développer de nouveaux services (acculturation de salariés “décrochés” ou réfractaires au numérique, initiation des jeunes scolaires au code…) et de renforcer ses équipes (75 collaborateurs).
Témoignages d’entrepreneurs recruteurs : https://www.youtube.com/watch?v=mpsr7K7BiS0&feature=youtu.be 
  
* Le CGET, via sa direction de la Ville et de la Cohésion urbaine, participe activement à la labellisation des formations. À ce jour, 268 formations ont été labellisées à travers toute la France, bénéficiant d’un soutien de l’État d’environ dix millions d’euros pour 2016-2017.

 

 Diaporama

© N. Kharbache/Communication CGET.

Lire le reportage sur Novædia, coopérative qui développe une économique intégrée à son territoire, à travers une filière agroalimentaire urbaine, bio et locale.